La myopie : symptômes, causes et conséquences

Vision

La myopie au seuil d’une pandémie mondiale

En France, près de 4 personnes sur 10 souffrent de ce trouble de la vue qui se développe généralement au cours de l’enfance et de l’adolescence. Induite par un allongement de l’œil ou par une courbe trop forte de la cornée, la myopie engendre une vision trouble de loin.

Depuis quelques années, les ophtalmologistes notent une augmentation du nombre de myopes aux Etats-Unis et en Europe. En France, 40 % de la population est concernée, contre 20 % il y a dix ans. Les plus jeunes sont près de deux fois plus touchés que les personnes plus âgées : la myopie atteint en effet 25 à 30 % des jeunes de 16 à 24 ans, selon le Syndicat national des Ophtalmologistes de France (Snof). En Chine, au Japon et en Corée du Sud, dans les zones urbaines, la proportion de myopes atteint un taux de 80 à 90 % chez les jeunes en fin de secondaire.

Symptômes

Quels sont les symptômes de la myopie ?

Ce trouble de la vision résulte d’un œil trop long ou d’une cornée trop courbée : la distance entre la cornée et la rétine est trop importante. Le myope voit bien de près mais mal de loin car l’image se forme en avant de sa rétine.

Chez l’enfant, le plissement des yeux pour regarder au loin, une vision de près très rapprochée pour écrire, dessiner ou lire, sont des signes révélateurs. La myopie débute généralement au cours de l’enfance et évolue jusqu’à l’âge adulte, période à laquelle elle se stabilise, vers 20-25 ans.

Du fait de l’allongement du globe oculaire, la rétine se trouve étirée : c’est la raison pour laquelle la myopie forte fragilise l’œil, augmentant les risques de développement de certaines pathologies : cataracte précoce, glaucome ou décollement de rétine.

Causes

Quelles sont les causes de la myopie ?

L’hérédité

La myopie est en partie d’origine génétique. Avant l’âge de 12 ans, l’hérédité entre pour une grande part dans l’apparition de la myopie. Un enfant a deux fois plus de risques de devenir myope si l’un de ses parents l’est aussi. Si les deux parents sont myopes, ce risque est multiplié par 3.

L’apparition d’une myopie chez un jeune enfant se signale par des comportements bien particuliers : il se rapproche de sa feuille, de l’écran de télévision ou de la tablette, plisse des yeux devant le tableau en classe. Une consultation chez un ophtalmologiste s’impose alors, même si l’enfant n’a encore que 2 ou 3 ans.

L’environnement

La myopie augmente dans les pays industrialisés, avec une prévalence 3 fois plus importante dans les zones fortement urbanisées que dans les zones rurales. Les facteurs génétiques ne peuvent expliquer à eux seuls cette augmentation et des facteurs environnementaux sont aujourd’hui mis en cause comme l’augmentation du temps passé par les jeunes sur les écrans (télévision, tablettes, ordinateurs, smartphone…) qui sollicitent la vision de près et majorent l’exposition à la lumière artificielle.

Lumière salvatrice :

La lumière extérieure et naturelle stimulerait la production d’un neurotransmetteur, la dopamine, connue pour réguler la croissance de l’œil. Sécrétée en quantité suffisante, elle bloquerait ainsi l’allongement excessif de celui-ci.

Il apparaîtrait que les enfants qui auraient le plus joué dehors seraient moins nombreux à être myopes à l’âge de 15 ans que ceux ayant passé plus de temps à l’intérieur, quelle que soit l’activité physique pratiquée. Inciter les enfants à passer plus de temps à l’extérieur (au moins 3h par jour) pourrait ainsi contribuer à limiter la recrudescence de la myopie dans la population.

L’exposition aux écrans

L’augmentation du temps passé par les jeunes sur les écrans (télévision, tablettes, ordinateurs, smartphone…) sollicitent la vision de près et majorent l’exposition à la lumière artificielle. Il s’agit de la myopie « accommodative » de l’étudiant : sa vision de près étant très sollicité par les cours ou les écrans, il ne parvient plus à ajuster sa vue lorsqu’il regarde au loin.

Afin de ne pas solliciter la vision de près au détriment de celle de loin, il est recommandé de faire des pauses toutes les 2 heures lorsque l’on doit passer beaucoup de temps les yeux rivés sur un écran ou sur des livres…

La myopie accommodative :

Une autre forme de myopie peut se développer chez l’adolescent ou le jeune adulte. C’est la fameuse myopie « accommodative » de l’étudiant : à force d’avoir le nez collé sur les cours ou les écrans (ordinateur, tablettes, jeux vidéo, etc.), il ne parvient plus à ajuster sa vue lorsqu’il regarde au loin.

Afin de ne pas solliciter la vision de près au détriment de celle de loin, il est recommandé de faire des pauses toutes les 2 heures lorsque l’on doit passer beaucoup de temps les yeux rivés sur un écran ou sur des livres.

Vous êtes jeune et souhaitez tester les risques d’évolution de votre myopie ?

Nous contacter